Le consortium de la baie d'Hudson
Groupes de travail

Le premier sommet de la baie d’Hudson s’est tenu à Montréal du 27 février au 1er mars 2018. Après de nombreuses années de planification et d’efforts de la part des communautés et des organisations autochtones de la Baie James et de la Baie d’Hudson, 27 communautés ainsi que des représentants d’organisations autochtones, de gouvernements, d’universités et d’organisations à but non lucratif se sont réunis pour lancer officiellement le Consortium de la baie d’Hudson et pour organiser des ateliers sur la coordination de la recherche dans la région, la planification des zones protégées et la restauration des côtes, ainsi que pour aller de l’avant en ce qui concerne les prochaines étapes du consortium. Les ateliers du sommet ont permis d’identifier les résultats importants et les prochaines étapes, et des groupes de travail ont été formés pour commencer à travailler sur les priorités de la communauté. Responsables de la collaboration en cours dans leurs domaines respectifs, les groupes de travail se réunissent quatre fois par an par conférence téléphonique pour discuter et planifier stratégiquement les prochains ateliers de la table ronde de l’est de la baie d’Hudson et de la baie James ainsi que les sommets. Les représentants des groupes de travail identifient les besoins des communautés et servent de porte-parole pour guider le travail et les objectifs de chaque groupe. Pour rejoindre un groupe de travail ou discuter de la nécessité de créer d’autres groupes de travail, veuillez contacter info@hudsonbayconsortium.com.

Recherche et surveillance menées par la communauté

Recherche et surveillance menées par la communauté

L’impact humain et les répercussions du changement climatique sur l’environnement arctique sont immenses et se font sentir dans toute la région de la baie d’Hudson et de la baie James, ayant souvent des effets cumulatifs et multi-communautaires. Ce groupe de travail identifie et comprend les priorités des communautés et les indicateurs clés pour la surveillance et la recherche communautaire. On met l’accent sur la collaboration entre la communauté et les représentants des organisations, et sur la coordination des efforts de recherche et de surveillance dans toute la région de la baie d’Hudson et de la baie James.

Actuellement dirigée par Frankie Jean-Gagnon du Conseil de gestion des ressources fauniques de la région marine du Nunavik.

L’intendance et les zones protégées

L’intendance et les zones protégées

Le groupe de travail sur l’intendance et les zones protégées est un effort coordonné entre les communautés pour écouter et partager des visions pour l’intendance future de la région au-delà des lignes juridictionnelles complexes de cette région géographiquement immense. Il est reconnu que les institutions et les mécanismes de gouvernance indigènes qui existent sont les autorités appropriées pour entreprendre la planification et la gestion de toute protection dans la région de la baie d’Hudson et de la baie James.

Dirigé à présent par Stephanie Meakin.

La communication

La communication

Ce groupe de travail joue un rôle de coordination en veillant à ce que les participants aient accès aux travaux les plus récents réalisés dans la région afin de faciliter les synergies entre les programmes et d’éviter les efforts redondants. En outre, ce groupe identifiera les souhaits des participants en matière de communication des séquences audio et vidéo des réunions, et identifiera les moyens d’échanger des connaissances entre les communautés dans les années qui séparent les sommets.

Nous souhaitons la bienvenue à Kaitlin Breton-Honeyman en tant que cheffe de file et sommes impatients de travailler avec elle.

La restauration des côtes

La restauration des côtes

Après avoir reçu un financement substantiel de Pêches et Océans Canada pour la restauration des côtes, ce groupe de travail a entrepris d’identifier les principaux changements dans les environnements côtiers, les sources d’impact sur les poissons, les mollusques et les animaux marins. L’objectif était d’élaborer et de mettre en œuvre des plans de restauration côtière pour atténuer les impacts, ainsi que d’assurer le suivi, la surveillance et l’entretien. Pendant le Sommet de Montréal, l’atelier sur la restauration côtière a inclus une activité de cartographie participative dont les détails supplémentaires peuvent être trouvés dans le Rapport final du Sommet.

Le groupe de travail sur la restauration des côtes a terminé ses travaux et les rapports finaux de ses travaux peuvent être consultés ici :

Ce groupe de travail était dirigé par Anu Rao.